ACTIONS 2015 : Eco-consommation et Déchets

Le Crepan a poursuivi ses actions visant à réduire les déchets de Basse-Normandie. Ces actions se tournent de plus en plus vers l’amont de la production des déchets, c’est à dire la consommation.
Les actions portant sur la lutte contre le gaspillage alimentaire ont été intensifiées et diversifiées.
Le dossier économie circulaire lancé fin 2014 s’est quant à lui développé et traduit concrètement par des supports d’information. Enfin, l’action menée avec le SEROC sur la diffusion d’information et le prêt de couche lavable c’est poursuivi.

ACTION PORTANT SUR LA LUTTE CONTRE LE GASPILLAGE ALIMENTAIRE

Le REGAL

Le 16 octobre 2014 a été officialisé le REGAL de Basse-Normandie : Réseau pour Éviter le Gaspillage ALimentaire. Le Crepan fait partie du comité de pilotage du REGAL et a ainsi participé activement à 4 COPIL en 2015. Les grands moments du Regal auquel le Crepan a participé en 2015 sont :
– la présentation du Regal de BN à Monsieur le Député Guillaume Garot le 06 mai à Caen, où le Crepan est intervenu pour présenter l’activité du groupe de travail « réduire le gaspillage alimentaire en restauration collective » ;
– la préparation et réalisation de l’action commune portée par le Regal d’organisation de disco-soupes lors de la journée nationale de lutte contre le gaspillage alimentaire le 16 octobre.
Le Crepan s’est impliqué pour la disco-soupe organisée par la Communauté Urbaine d’Alençon le 15 octobre et celle organisée par le Seroc le 16 octobre à Vire. Grâce à ses manifestations environ 1000 personnes, que ce soit producteurs, commerçants ou consommateurs, ont été sensibilisé à la question du gaspillage alimentaire et aux moyens de le réduire. Les supports de sensibilisation au gaspillage du Crepan et de FNE ont été largement diffusé à ces deux occasions.

Photo de la disco-soupe du 15 octobre à Alençon et affiche du Regal :

DISCO SOUPE Alençon

affiche disco soupe

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

– la réunion plénière annuelle du Regal le 16 novembre.
Le Crepan a largement diffusé le gobelet doseur (environ 1300 en 2015) aux membres du REGAL, aux établissements demandeurs et lors de manifestations tels que les disco-soupe.

Le REGAL est constitué de 4 groupes de travail . Le Crepan anime le groupe « réduire le gaspillage alimentaire en restauration collective ». En 2015, 2 réunions ont été organisées les 26 avril et 16 novembre avec plus de 15 participants à chaque réunion. Ces rencontres ont permis de mettre à jour le tableau de bord de suivi des établissements impliqués dans la lutte contre le gaspillage alimentaire, de revenir sur les actions menées par les acteurs de terrains dans les établissements scolaires, et à aborder les premiers travaux menés dans les établissements hospitaliers. Le tableau de bord répertoriait, en novembre 2015, plus de 100 établissements identifiés comme agissant sur ce sujet, avec plus de 90% d’établissements scolaires et moins d’une dizaine d’établissement de santé (Ehpad et hôpitaux). 10 établissements se lançaient dans la démarche, 83 agissaient pour réduire le gaspillage et 10 ont intégré dans leurs pratiques quotidiennes la réduction du gaspillage alimentaire.

Réduire le gaspillage alimentaire en restauration collective
L’intervention en milieu scolaire a été le premier axe d’intervention du Crepan sur ce sujet. Désormais, le Crepan dispose d’une expertise solide et reconnue sur ce sujet.

Plusieurs projets ont et sont encore menés avec des collectivités ou partenaires :
– Conseil Départemental de l’Orne. Afin de mobiliser les collèges de l’Orne, le Département a souhaité mener une première action avec un établissement pilote : le collège de Domfront. De 2014 à 2015 des actions y ont été menées et un livret retraçant l’ensemble du projet a été réalisé (il sera diffusé en 2016) ;
– SYVEDAC . Fort des enseignements obtenus avec les 8 sites pilotes suivis de 2012 à 2014, une méthodologie simplifiée a été construite. Sur cette base le Syvedac propose depuis 2015 à l’ensemble des collectivités volontaires de son territoire, un accompagnement réalisé par le Crepan. Fin 2015, 9 sites été accompagnés pour réduire leur gaspillage alimentaire (Epron, Fleury-sur-Orne, St Aubin-sur-mer, Cormelles-le-Royal (2 écoles), Ifs, Verson, Troarn, Giberville).

Photos du service et de tri en vue d’une pesée :

service gaspillage alimentaire

– Communauté Urbaine d’Alençon (CUA). Dans le cadre du projet « réduire le gaspillage alimentaire de la fourche à la fourchette », le Restaurant Administratif d’Alençon et le Lycée Mézen ont été accompagné par le Crepan. Une formation a été faite à la régie de quartier Assises Ornes, qui accompagne les établissements scolaires du territoire pour réduire et composter les déchets organiques.
– IRQUA . L’IRQUA a répondu à un appel à projet national du Plan National Alimentation. Ils ont construit un « programme multi-partenarial d’éducation alimentaire en milieu scolaire », comprenant 8 interventions différentes dont une portant sur le gaspillage alimentaire réalisées par le Crepan. Ce projet a été initié en 2015 (interventions aux écoles primaires de Domfront et de Cormelles-de-Royal) et se poursuit en 2016 (écoles d’Aunay sur Odon et de Vimoutier). Une animation à destination d’élèves de primaire (du CE2 au CM2) a été réalisée à cette occasion sur le gaspillage alimentaire par le Crepan.
Ce projet contient également une transmission à des lycées qui devront eux-mêmes réaliser une animation sur le gaspillage alimentaire. Le Crepan est intervenu devant une classe du Lycée Agricole de St-Lô Thère le 01 décembre à cet effet.
– Lycée Hôtelier Flora Tristan. Une intervention (réalisée en 2 fois, 4h) a été demandée au Crepan afin d ‘amener des élèves (2nde et 1ère pro) en formation de cuisinier et serveur à agir sur le sujet du gaspillage alimentaire, cela dans le cadre d’une approche globale menée avec leur enseignante sur le sujet.

Au-delà des interventions réalisées auprès d’établissements scolaires, de nombreuses actions ont été menées pour toucher des professionnels de la restauration collective.
Notons :
– l’intervention à la « Fête bien manger en Normandie 2015 » le 28 janvier au Lycée Rabelais de Caen (événement organisé par l’Irqua Normandie).
– le partenariat avec l’association Agores qui s’est traduit par des échanges et la participation à 2 réunions de leur réseau le 08 avril à Blainville sur Orne, et le 05 novembre à Lisieux ;
– participation, en tant que partenaire, aux journées Circuit-Court, les 12 et 13 octobre (organisées au sein du salon de l’hôtellerie et de la restauration à Caen), coordonnées par Normandie Équitable. Cela a permis de toucher de nombreux professionnels de la restauration collective et commerciale.
– une intervention a été faite sur la demande du Rectorat, auprès de gestionnaire d’établissements scolaires (principalement des collèges) le 30 novembre.
– 2 formations ont été réalisées par Nathalie Villermet au sein du CNFPT à Caen le 3 juin et Alençon le 07 juillet.

Enfin, le guide méthodologique « Réduire le gaspillage alimentaire en restauration collective » réalisé en 2014 avec l’Ademe, a été largement diffusé auprès des membres du Regal, d’établissements scolaires et de professionnels de l’alimentation. Cette diffusion s’est faite en version papier, mais plus encore en version électronique.
Pour information, ce guide a été repris par le Ministère de l’environnement au niveau national, illustré ci-après.

Réduire le gaspillage alimentaire en milieu Hospitalier

L’approche du gaspillage alimentaire en milieu hospitalier a été lancée en 2015. Plusieurs interventions ont permis d’avancer sur ce sujet.
Notons :
– le projet avec le CHIC d’Alençon et la CUA.
Suite au projet « réduire le gaspillage alimentaire de la fourche à la fourchette » lancé en 2014 avec la CUA, des contacts ont été initiés avec le Centre Hospitalier Intercommunal Alençon-Mamers.
Plusieurs rencontres ont été menées afin d’échanger sur le gaspillage en milieu hospitalier et sur les différentes étapes à mener pour réduire le gaspillage. Le principal sujet traité a été le diagnostic, afin d’envisager des pesées dans plusieurs services de l’hôpital. Celles-ci seront menées en février 2016.
– La mobilisation de l’ARS et de l’ADEME.
Le Crepan est intervenu le 03 décembre lors d’une journée organisée par l’Agence Régionale de la Santé et l’ADEME sur l’obligation pour les gros détenteurs de bio déchets de valoriser ces déchets.
– Les premiers éléments apportés au GT « restauration collective du Regal ».
Le Seroc a pu présenter lors d’une réunion du groupe « réduire le gaspillage alimentaire en restauration collective » du Regal les actions menées par l’hôpital de Vire grâce à son groupe de volontaires « développement durable ».
– Des prises de contacts d’experts.
Des échanges ont été menés avec des responsables de restauration hospitalière dans l’optique de récupérer les informations nécessaires à la réalisation pour 2016 d’une méthode permettant aux établissements hospitaliers de réduire leur gaspillage alimentaire. Ainsi, a été contacté messieurs Girard du CHU du Mans, établissement en pointe sur ce sujet depuis 2010, puis M. Zercher de l’Hôpital de La Rochelle qui nous a permis d’identifier des pistes d’action à tester en Normandie.

Projet équilibre alimentaire

Suite aux interventions menées dans les restaurants scolaires sur la lutte contre le gaspillage alimentaire, la question de l’équilibre alimentaire c’est posé comme incontournable. L’enjeu, n’est pas seulement de réduire le gaspillage, il est aussi d’augmenter la consommation d’aliments équilibrés, principale source du gaspillage.
Un projet a été lancé en 2015 sur cet axe par le Crepan et se poursuivra en 2016.
Le projet se décompose en 3 axes :
– en premier la sensibilisation et l’éducation alimentaire des convives (ex : éveil aux goûts, découverte de produits frais, échanges avec des agriculteurs) ;
– en second la présentation des plats (présentation des aliments, leur préparation, les recettes, les quantités etc.), avec la réalisation d’un guide d’astuces et de recettes ;
– enfin en troisième l’accompagnement des convives lors du repas (accompagnement, surveillance par les animateurs).

En 2015 des premières réunions et supports ont été réalisés. 2016 verra la finalisation des supports construits.

Les partenaires principaux de ce projet sont la Draaf et la ville de Caen. Des liens sont fait avec les projets « restauration collective » et avec de nombreux partenaires comme InterBio Normandie, l’Irqua et Agores.

Réduire le gaspillage alimentaire au niveau de la production

fiche 1 perte agricole fiche 2 perte agricole fiche 3 perte agricole

Suite au projet lancé en 2014 avec la CUA « réduire le gaspillage alimentaire de la fourche à la fourchette », le Crepan a poursuivi son travail visant à mieux comprendre le gaspillage alimentaire situé au niveau de la production, et à le partager et le débattre avec les professionnels de ce secteur.
Ainsi, grâce à une enquête menée auprès de 9 agriculteurs et un travail réalisé par le CTRC , un document a été réalisé reprenant l’identification des causes et des pistes de réduction, illustré ci-dessus.
Celui-ci a été présenté à plusieurs représentants du secteur agricole (rencontre du 08 décembre, échanges avec les chambres d’Agriculture de l’Orne et du Calvados…), ce qui nous a permis de compléter les informations recueillies.

En complément, des actions de glanage sont testées. Une a eu lieu lors de la disco-soupe du 15 octobre organisé à Alençon et d’autres seront menées en 2016. L’objectif est d’aboutir à une méthodologie permettant de développer les pratiques de glanage.

Parallèlement à ce travail, des rencontres tentant de rassembler le plus de personnes et structures possibles, ont été organisées les 12 novembre et 17 décembre afin de réfléchir aux besoins et envies tournant autour de la question de la transformation anti-gaspi (autrement appeler projet de conserverie). L’objectif ici est de permettre grâce à la transformation (cuisson, réalisation de soupe, de converse etc.) de détourner de la poubelle vers une consommation humaine des aliments qui auraient été jetés.

Réduire le gaspillage alimentaire au niveau des commerces alimentaires

Là encore, sur la lancé du projet mené avec la CUA en 2014 « réduire le gaspillage alimentaire de la fourche à la fourchette », des enquêtes ont été menées auprès de 9 commerces alimentaires : un hypermarché, 2 supérettes, 3 boulangeries et 3 boucheries-traiteurs. Globalement l’origine du gaspillage à ce niveau de la chaîne alimentaire est de 2 types : la difficulté d’anticiper la demande et donc de gérer les commandes, créant un balancier entre invendus et ruptures de stock, et la détérioration des produits due à la DLC, aux chocs et aux manipulations. A noter que les boulangeries sont très touchées par le gaspillage alimentaire car leurs produits doivent tous être vendus le jour même de leur fabrication tout en offrant un large choix au clients.
Grâce à ces travaux, des grilles d’évaluation des pertes alimentaires des commerces a été initié en 2015 et seront finalisés en 2016.

ÉMERGENCE DU DOSSIER ÉCONOMIE CIRCULAIRE

Le Crepan a mené ses premières actions sur l’économie circulaire en 2014.
En 2015, 2 axes ont été déclinés, l’un au niveau régional, l’autre au niveau local avec un territoire pilote – la Communauté Urbaine d’Alençon. Les deux visent les mêmes objectifs : « Toucher les citoyens-consommateurs et mobiliser les associations pour aller vers l’allongement de la durée de vie des biens de consommation ».
L’économie circulaire est une notion très vaste, il a été choisi, pour ne pas se disperser et correspondre au mieux à notre rôle d’association de protection de l’environnement, de cibler l’allongement de la durée de vie des biens.

Mobiliser les associations
Le premier travail a été de rendre compréhensible la notion d’économie circulaire. Pour cela, le Crepan a réalisé un premier travail, avec le soutien de l’Ademe permettant d’identifier et de mettre en avant les activités de notre territoire répondant à ce concept et disponibles pour les consommateurs. Ainsi la première version du livret « Consommer circulaire en Basse-Normandie », uniquement à l’usage des associations et acteurs du territoire, a été finalisée en juin 2015. Lors de sa conception plus de 2 200 activités ont été recensées, par exemple près de 100 activités permettant de consommer en circuit-court, 160 de dons en nature, plus de 850 réparateurs professionnels et presque 1000 vendeurs d’occasions. Toutes ces activités sont déjà bien ancrées dans notre territoire et ne demande qu’à être valorisées. C’est pourquoi ce livret a pour principal objectif de servir de support d’échanges sur ce concept avec les associations bas-normandes et d’essaimer les activités de l’économie circulaire.

Exemple de fiche explicative du livret « Consommer Circulaire » :

exemple fiche livret Consommer Circulaire

Au niveau du territoire pilote de la CUA, une rencontre a été organisée le 3 novembre pour présenter la notion d’économie circulaire aux associations de ce territoire et échanger avec elles sur les activités présentent localement.

Parallèlement, le Crepan a continué à suivre les travaux menés au niveau national par sa fédération France Nature Environnement, en participant les 08 juillet et 05 novembre à des échanges sur les dynamiques régionales d’économie circulaire et sur les moyens d’agir des fédérations régionales de protection de l’environnement.

Toucher les citoyens-consommateurs
Pour toucher le consommateur des outils de sensibilisation ont été réalisés puis testés.

Une animation nommée « Qui veut gagner des millions d’économies ? » et constituée d’une roue et de questions sur le thème de l’allongement de la durée de vie des produits. Cette animation a pour objectif de faire découvrir les différentes possibilités de réduction des déchets au grand public. De manière ludique et participative les joueurs découvrent ainsi que les Repair-café , les SEL et les ressourceries ont de multiples avantages dont celui de faire des économies de matières et financières. Elle permet également au Crepan de dénicher les alternatives locales existantes.
Ce jeu à destination du grand public a été testé pour la première fois le 22 novembre pendant le vide-grenier de Lisieux à l’occasion de la SERD* 2015 (illustré ci-dessous), suivit par deux autres animations en 2016.

Au niveau de la CUA, un premier travail de construction d’un kit prêt à l’emploi pour intervenir lors de manifestions grand public a été initié et sera finalisé en 2016. Ce kit sera constitué d’un quizz, de l’animation « Qui veut gagner des millions d’économies ? », d’affiches sur l’économie circulaire et d’un guide à destinations des citoyens d’Alençon.

Notons que le Crepan a représenté les associations d’environnement durant l’atelier Économie Circulaire de l’événement organisé par nos collègues d’Ile et Vilaine – Ile et Vilaine Nature Environnement – La pluie et le beau temps dans le cadre de la COP 21.

ACTIONS D’INFORMATION AUTOUR DES ALTERNATIVES AUX COUCHES JETABLES

Rapide rappel, pourquoi intervenir sur le sujet des couches enfants ?
Elles représentent entre 2 et 4% des ordures ménagères et qu’un enfant consomme environ 5000 couches qu’il faut produire, souvent loin d’ici, transporter et qui généreront 1 tonne de déchets qu’il faudra enfouir en décharge (où elles y resteront longtemps, très longtemps) ou incinérer. Lourd héritage que nous laissons là à ces mêmes enfants ! Pourtant des alternatives existent et elles ont fait leurs preuves auprès de leurs utilisateurs.

Ainsi, depuis 2012 le Crepan mène des actions d’informations et de sensibilisation auprès des jeunes parents sur les couches lavables.

En 2015, les actions du Crepan se sont concentrés sur le partenariat avec le SEROC , en poursuivant le système de prêt de couche lavable sur l’ensemble du territoire de l’ouest du Calvados, afin que les familles le souhaitant puissent se faire leur propre avis sur ces couches et si celles-ci leur convient de s’équiper en couches lavables évitant ainsi d’importante quantités destinées à la décharge. Au total 15 familles ont été accompagnées en 2015.
Le Crepan a également accompagné 3 familles de l’agglomération Caennaise.

Partager cet article

Répondre